Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:27

Le porteur de l’esprit du hibou monstre
2011, sculpture

plâtre (moulage taille humaine), bois, métal, papier.

 

Cette sculpture, faisant partie du travail sur les Porteurs d'esprits, a été créée en 2011, spécialement pour son premier lieu d'exposition, une ancienne porcherie au village de Dancevoir dans la Haute-Marne.

Elle fait partie dans cette exposition d'une installation plus large, appelée Monstrum, qui comprend d'autres parties de sculptures et dessins.

 

monstrum 08

 

monstrum 09

 

monstrum 07

 

monstrum 06

 

monstrum 01

 

monstrum 18

 

monstrum 02

 

monstrum 03

 

monstrum 04

 

Publié dans : Sculptures Installations
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:26

L'exposition Si loin, si proche, ... bêtes et hommes au Château d'Avignon, a ouvert ses portes le 1er juillet 2011.

Sur un site exceptionnel, au coeur de la Camargue ( le nom du lieu est trompeur... le château n'est pas à Avignon mais entre Arles et les-Saintes-Maries-de-la-mer !), cette exposition collective sur la relation entre les hommes et les animaux accueille une trentaine d'artistes et des installations magnifiques.

 

chateau d'avignon 04

 

J'ai la chance de faire partie de cette sélection pointue faite par les deux commissaires de l'expostion Agnès Barruol et Véronique Baton, parmis des artistes comme Louise Bourgeois, Anne Ferrer, Toni Grand, Karen Knorr, etc.

C'est ma sculpture du Porteur de l'esprit de la baleine échouée qui est exposé au premier étage du château, dans l'antichambre.

 

baleine chateau d'avignon 03

 

baleine chateau d'avignon 02

 

baleine chateau d'avignon 01

 

L'exposition est visible tout l'été 2011 et plus, du 2 juillet au 31 octobre.

Pour plus d'informations: 04.90.97.58.60 ou sur le site www.culture-13.fr

 

 

Publié dans : Expositions 2011
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:24

Du 3 juillet au 25 septembre 2011 a lieu la deuxième édition de D'abord les forêts, des parcours artistiques entre les vallées de l'Aube et de l'Aujon, dans le sud de la Haute-Marne.

Sur les thèmes de sauvagerie / animalité / monstruosité / humanité / domesticité, de nombreux artistes envahissent et investissent des lieux d'exposition atypiques et insolites, dans les villages, dans la nature, dans des granges ou porcheries...

 

visuel-plaquette 

C'est l'association La Maison Laurentine, centre d'art discret, qui est à l'initiative de ce projet.

voir son site.

 

J'expose pour cette édition de D'abord les forêts 4 installations, dont 2 oeuvres inédites et 2 oeuvres de 2005 présentées de façons inédites.

 

- dans le village de Dancevoir, dans l'ancienne porcherie de Mr Mitaut et Mme Cossalter, installation Monstrum.

- à l'abbaye de Longuay, entre Aubepierre-sur-Aube et Dancevoir, installation d'un humanimal, Je vois les yeux fermés.

- à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, installation Danse voir!, dans le cellier à pommes.

- à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, installation d'un autre humanimal, Je regarde de tous les côtés!.

 

 

 

Publié dans : Expositions 2011
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:22

Monstrum

 

Installation dans la porcherie de Mr Mitaut et Mme Cossalter, à Dancevoir.


En entrant dans ce lieu autrefois bruyant et habité, aujourd’hui silencieux, on se retrouve face à un hibou monstrueux, gardien des lieux et de son habitant... Il est en effet perché sur le dos de son porteur, accablé sous le poids de l’animal-esprit. Cette oeuvre placée au centre de l'installation s'appelle le Porteur de l'esprit du hibou monstre.


En s’approchant on découvre dans les cellules de chaque côté de l’allée centrale des «restes», des matériaux bruts de création de cette sculpture massive, mélangeant plâtre et papier dessiné.
D’un côté on voit des morceaux de moulages en plâtre, fragments de corps abandonnés.
De l’autre on reconnaît des grandes feuilles de papier, des pigments noirs, formant au fur et à mesure des faces d’oiseaux.


Ce monstre est peut-être le gardien d’un trésor... le trésor de l’immortalité? Ici où est le trésor? L’oiseau symbolise-t-il le monstre intérieur de l’artiste?


Cette installation fait référence à la gravure de Goya «Le sommeil de la raison engendre des monstres» qui présente l’artiste endormi, assailli par des dizaines de chouettes ou chauves-souris représentant les visions, les monstruosités transformées en Art.


Ici, le monstre domine son propre créateur; ils ne font qu’un, ils sont unis et ont besoin l’un de l’autre.


Monstrum, en latin, signifie à la fois le monstre, cette chose étrange et hideuse qui sort de la nature, mais aussi l’avertissement des dieux, le présage divin et le fait prodigieux. Par extension, il est aussi le fléau, le malheur qui nous tombe dessus... Ou bien est-ce aussi la merveille, la chose incroyable et prodigieuse?

 

monstrum 05

Dans les cases de droite, on peut voir la construction du dessin, l'univers de l'animal dessiné, fantasmé, qui prend formes et plumes au fur et à mesure.

 

monstrum 17

 

monstrum 16

 

monstrum 12

 

monstrum 11

 

Dans la partie gauche de la porcherie, les cases abritent des restes de moulages de corps humain, pieds, jambes, tête... Des traces de pas, dans le plâtre, indiquent que quelque chose s'est passé, une naissance, un parcours.

 

monstrum 15

 

monstrum 14

 

monstrum 13

 

Le porteur de l'esprit de hibou monstre, gardien de cet espace, symbolise la réunion de ces deux univers, l'homme et l'animal, la sculpture et le dessin.

 

monstrum 10

 

 

  porteur-hibou-01

 

Publié dans : Expositions 2011
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:20

Danse voir!

 

Installation à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, dans le cellier à pommes

 

 

Par une ouverture étroite et sombre, le regard du spectateur tombe sur une image un peu magique, étrange, chamanique: c’est une apparition du vieux cheval blanc à l’intérieur duquel danse depuis des siècles le vieux chaman, se mouvant éternellement dans le corps de l’animal.
Cette danse fiévreuse du chaman prolonge joyeusement la longue vie de son hôte-esprit; elle célèbre l’identification à l’impérissable.

Cette image centrale fait écho au très vieux cheval blanc présent au village voisin de Dancevoir.
Au bord du champ, on rêve de voir danser cet être merveilleux.

 

Il s'agit d'un dessin au crayon noir et à la peinture noire, installé sur un panneau de bois peint.

 

danse voir 05

 

danse voir 04

 

danse voir 01

 

danse voir 02

 

Publié dans : Expositions 2011
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 7 juillet 2011 4 07 /07 /Juil /2011 14:18

Je regarde de tous les côtés

 

Installation à la Maison Laurentine, à Aubepierre-sur-Aube, dans la cave

 

Un humanimal (sculpture en plâtre, moitié humaine, moitié animale) est couché ventre contre terre dans cette cave, il a la tête carrément plongée dans le gravier.
Son corps en tension indique qu’il est bien vivant et pas mort, mais il fouille éternellement le sous-sol, scrute les profondeurs infernales. Qu’y voit-il? Nous ne le saurons pas, et le personnage se targue d’avoir ce don que nous, humains, n’avons pas, de pouvoir voir ; comme preuve le titre narquois «Je regarde de tous les côtés».

 

je regarde de tous les côtés 02

 

je regarde de tous les côtés 01

 

je regarde de tous les côtés 03

 

Publié dans : Expositions 2011
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés